Walter Benjamin, Europe, avril 2013

europe-3990-largeParution. Dès qu’Hitler accéda au pouvoir, en mars 1933, Walter Benjamin quitta l’Allemagne pour un exil définitif. A Paris, à Ibiza, à Sanremo, à Svendborg où il fut à plusieurs reprises l’hôte de Brecht, il mena une vie errante et souvent précaire, jusqu’à cette nuit de septembre 1940 où, muni d’un visa pour les Etats-Unis, il fut arrêté par la police à la frontière espagnole et se donna la mort en absorbant une dose de morphine qu’il gardait en réserve pour la dernière extrémité.
Si parmi les philosophes du XXe siècle Benjamin est désormais reconnu comme l’une des voie les plus influentes et décisives, son oeuvre « polyédrique et fragmentaire » excède les critères traditionnels de la philosophie. Elle privilégie la forme de l’essai, de l’aphorisme, concentre merveilleusement son génie dans les miniatures d’Enfance berlinoise ou déploie à l’infini les matériaux de construction du Livre des passages où le mouvement de la pensée se ramifie en méandres de lumière à travers le buissonnant paysage des citations.
Dans cette oeuvre irriguée à la fois par la théorie critique matérialiste et par un messianisme issu de la tradition juive, on discerne un profond souci de penser le temps et l’histoire, de recueillir le futur oublié dans le passé, comme si la proustienne recherche du temps perdu devenait chez Benjamin une recherche du futur perdu pour en reporter l’énergie sur le présent lui-même et le révolutionner.
C’est dans ce contexte que prend tout son sens et toute sa portée la « micrologie » de Walter Benjamin, c’est-à-dire cette attention extrême aux détails qui se révèlent être des champs de forces et une voie royale pour ouvrir dans le temps continu les brèches par lesquelles un rapport inopiné avec le passé peut surgir. « Le passé est marqué d’un indice secret, qui le renvoie à la rédemption », écrit ce philosophe qui se situe clairement du côté de la tradition et du combat des opprimés.
Si les étoilements de pensée et d’écriture de Benjamin sont empreints de mélancolie, sentiment fondamental du sujet moderne, Adorno a remarqué à juste titre que « la résignation était radicalement bannie de sa topographie philosophique ». Spectateur engagé et acteur critique de son époque, penseur aussi stimulant qu’inclassable, écrivain à bien des égards solitaire et pudiquement fraternel, Walter Benjamin reste parmi nous ce passeur exceptionnel qui invite à « trouver la constellation du réveil ». [Présentation de l’éditeur]

Etudes de

  • Walter Benjamin et l’expérience du seuil— Par Jean-Christophe Bailly
  • Walter Benjamin et le langage critique des ombres— Par Esther Cohen
  • Jeunesses berlinoises— Par Pierre Bouretz
  • Hannah Arendt et Walter Benjamin— Par Michael Löwy
  • Walter Benjamin et le romantisme allemand— Par Stéphane Moses
  • Le chimiste et l’alchimiste— Par Maria Filomena Molder
  • Philosopher dans la forme du temps— Par Danielle Cohen-Levinas
  • La ressemblance non sensible et le travail de la ressemblance— Par Patricia Lavelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *