Une note en marge de L’Oeuvre d’Art… (1935)

Dans l’une des versions de « L’oeuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique » – celle de 1935 précisément restée inédite du vivant de Benjamin – figure une note au sujet de laquelle Adorno confia à Benjamin qu’elle l’avait aussi impressionné que L’Etat et la révolution de Lénine. Nous la traduisons ici dans toute sa sécheresse. 

On peut noter, incidemment, que la conscience de classe prolétarienne – la forme la plus éclairée de conscience de classe – transforme fondamentalement la structure de la masse prolétarienne. Le prolétariat conscient de lui-même ne forme une masse compacte que de l’extérieur, dans l’esprit de ses oppresseurs. Au moment où il se lance dans  la lutte pour sa libération, sa masse apparemment compacte s’est, en fait, déjà désagrégée <aufgelockert – disloquée mais au sens positif>. Elle cesse d’être régie par de simples réactions ; elle passe à l’action. Cette « dislocation » interne de la masse prolétarienne est l’œuvre de la solidarité. Dans la solidarité propre à la lutte de classe prolétarienne, l’opposition morte et non dialectique entre l’individu et la masse est abolie ; pour le camarade, elle n’existe pas. Par conséquent, aussi décisive la masse soit-elle pour le dirigeant révolutionnaire, sa plus grande réussite n’est pas de rallier les masses derrière lui, mais de s’y mêler encore et encore, afin de n’être, encore et encore, que l’un parmi des centaines de milliers. – La lutte de classe désagrège la masse compacte des prolétaires ; la même lutte de classe, cependant, comprime celle des petits bourgeois. Ces masses aussi impénétrables que compactes dont Le Bon et d’autres ont fait l’objet de leur « psychologie », ce sont les masses petites-bourgeoises. La petite bourgeoisie n’est pas une classe ; elle n’est, en effet, qu’une masse, et plus la pression à laquelle elle est exposée prise en étau qu’elle est entre les classes ennemies de la bourgeoisie et du prolétariat augmente, plus elle devient compacte. Pour cette masse, le moment émotionnel qu’évoque la « psychologie des masses » est bien un facteur déterminant – mais c’est précisément la raison pour laquelle cette masse compacte constitue l’antithèse des cadres du prolétariat qui, eux, obéissent à une ratio collective. Pour cette masse, le moment réactif dont parle la « psychologie des masses » est bien un facteur déterminant – mais c’est précisément la raison pour laquelle cette masse compacte, aux réactions immédiates, offre un contraste avec les cadres prolétariens dont les actions sont médiées  par une tâche, fusse-t-elle des plus brèves. Ainsi, les manifestations des masses compactes comportent-elles toutes un trait de panique – c’est qu’elles expriment l’enthousiasme pour la guerre, la haine des Juifs, ou l’instinct de conservation de soi. – Une fois clarifiée la différence entre les masses compactes, c’est-à-dire petites-bourgeoises et les masses conscientes, c’est-à-dire prolétariennes, sa signification opérationnelle devient elle aussi claire. Pour le dire précisément, cette distinction ne prouve sa validité nulle part mieux que dans les cas – qui ne sont pas rares – où ce qui était à l’origine l’émeute d’une masse compacte peut, du fait d’une situation révolutionnaire et parfois en l’espace de quelques secondes, devenir l’action révolutionnaire d’une classe. La particularité de ces événements véritablement historiques est que la réaction d’une masse compacte provoque en elle-même un choc qui la distend, lui permettant de se transformer en une association de cadres conscients de leur classe. Ce qu’un tel processus concret contient in nuce n’est rien d’autre que ce que dans le langage des tacticiens communistes on appelle la « conquête de la petite bourgeoisie ». Mais ces tacticiens sont également intéressés, en un autre sens, par la clarification de ce processus. Car, sans aucun doute, une conception ambiguë des masses et la référence non discriminée à leurs « humeurs », devenues un lieu commun dans la presse révolutionnaire allemande, a favorisé des illusions qui sont devenues une malédiction pour le sort du prolétariat allemand. Le fascisme, par contre, a fait un excellent usage de ces lois – qu’il les ait comprises ou non. Il ne l’ignore pas : plus les masses sont compactes, plus les instincts contre-révolutionnaires de la petite bourgeoisie auront de chances de déterminer leurs réactions. Mais le prolétariat, de l’autre côté, prépare une société dans laquelle ni les conditions objectives ni les conditions subjectives présidant à la formation des masses n’existeront.

Citer ce billet : Nathalie Raoux, "Une note en marge de L’Oeuvre d’Art… (1935)," in Carnets Walter Benjamin, 01/02/2020, https://wbenjamin.hypotheses.org/1035.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search