1933 Un exil « long et peut-être définitif »

Berlin, Gare de Zoo, 17 mars 1933 : départ pour l’exil. Un exil que Walter Benjamin sait devoir être « long et peut-être définitif », et ce, de longue date. Flashback. Retour en 1931 et sur le diagnostic de Benjamin : le chômage fourrier du nazisme, l’incurie des partis de gauche, Hitler en faux messie – « le IIIe Reich singe le socialisme » écrira-t-il en 1938. Histoire distordue donc et personne pour la redresser. 1932 : crises à grande et petite échelle. Et Benjamin qui se débat dans/avec cette quadrature du cercle : fuir pour vivre certes, mais comment vivre après avoir fui ? C’est dans ce contexte que naît Enfance Berlinoise vers 1900, vaccination préventive contre la nostalgie d’un exil à venir. Le 30 janvier 1933, Hitler est nommé chancelier, le 28 février, le Reichstag brûle. Terreur directe sur les uns, sournoise asphyxie économique des autres. La presse allemande se met au pas. Manuscrits refusés, émissions de radio annulées sonnent le signal du départ. Appartement sous-loué, maigre argent rassemblé, papiers épurés, point de chute trouvé – Ibiza – Paris ne sera qu’une étape. En exil aussi, il faut reculer pour mieux sauter.

Arrivé à Paris au matin du 18 mars, Benjamin prend ses quartiers provisoires à l’Hôtel Istria (29, rue Campagne-Première). Et se lance dans ses premières campagnes parisiennes. Reconstruire son existence en France est une évidence tout sauf évidente. Il a tiré les leçons de son histoire et sait qu’il est parfaitement déplacé dans le monde littéraire français. Et qu’il serait donc illusoire d’espérer y vivre de sa plume. Mieux vaut chercher son salut dans cette « Autre Allemagne » dont il espère qu’elle se recomposera en exil : entre autres, Benjamin reprend contact avec l’Institut für Sozialforschung, replié à Genève et dirigé par Max Horkheimer. Récolte deux commandes d’articles pour la revue de l’Institut : un article sur « Eduard Fuchs », un autre « Sur la condition sociale de l’écrivain français aujourd’hui ». Premiers jalons sur un avenir obscur. Il a quelques mois pour voir venir. De quoi tenir deux mois à Ibiza. Où il part le 5 avril, en compagnie de Jean Selz et de son épouse. Là au moins il peut « vivre d’un minimum ».

Ibiza. Il y demeura finalement 7 mois ou presque ( 8 avril – 25 septembre) à Ibiza. 7 mois d’une existence réduite au minimum européen – mais pas indigne et dont il se contente (n’en déplaisent à ceux qui ont brodé à l’envi sur le surnom que lui avaient donné les habitants d’Ibiza, le « pauvre »). A sa grande surprise, les commandes continuent à arriver d’Allemagne : il rédige de nouvelles vignettes d’Enfance Berlinoise et des essais divers, en particulier « Retour sur Stefan George », autant de textes où il fera preuve d’un art consommé de la dissimulation. Mais déjà les lois sur la presse se profilent et l’avenir apparaît « bouché ». Il ne voit rien de bon du côté de l’émigration allemande et la nouvelle revue exilée crée par Klaus Mann – Die Sammlung – n’est pas pour le rassurer. Simultanément, la France elle-même se ferme aux exilés. Par diverses démarches diverses auprès de la communauté juive française, il tente de se ménager une petite base de départ dans l’asile français – où il espère bien se faire oublier. A Paris, court le mot « les émigrés sont pires que les Boches ». « Cela donne une bonne idée de la société qui y vous attend ». 

Le 6 octobre, W. Benjamin est de retour à Paris. Un retour  « extrêmement pitoyable » à tous les sens : atteint d’une malaria contractée à Ibiza, il atterrit – comment pourquoi cela reste un mystère – Hôtel Regina 6, rue de la Tour (dans le 16e arrdt), et manifestement la « correspondance prometteuse » de l’été avec ce qu’il nomme la « haute finance juive » n’a pas tenu ses promesses : rien de rien, il n’a rien obtenu de ce qu’il espérait « pas un centime, ni un matelas, ni une bûche de bois ». Changement à petite échelle révélateur d’un changement général dans l’accueil des réfugiés allemands. Quoi qu’il en soit, pour Benjamin, cela signifie un retour à la case départ. Il lui faut recommencer à zéro, sans rien de ferme sous les pieds, avec tout à craindre.  Recommencer à neuf, s’en tirer avec peu, c’est aussi le leitmotiv d’ »Expérience et pauvreté » probablement rédigé à cette période. Fin octobre, Benjamin prend ses quartiers au Palace Hôtel, 1, rue du Four. Y passe deux mois en compagnie de Brecht qui y réside aussi – ils travaillent ensemble à un projet de roman policier. Avec le départ de Brecht, la ville lui semblera morte. Mieux, le charme de Paris s’est rompu. Fini le Paysan de Paris, le voilà paria à Paris. « L’émigration comme clé de la grande ville » écrira-t-il des années plus tard dans le Passagen-Werk. Solitude grise, perspectives plus grises encore. Tant et si bien (si mal) qu’il avoue fin 1933 être non seulement « au bout de l’année » mais aussi « au bout du rouleau ».


Citer ce billet : Nathalie Raoux, "1933 Un exil « long et peut-être définitif »," in Carnets Walter Benjamin, 31/03/2020, https://wbenjamin.hypotheses.org/1048.




Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search