1934 « L’auteur comme producteur » en exil

Fin 1933, Benjamin touche donc à un extrême. Quand les extrêmes se touchent, confie-t-il. A la faveur d’une commande d’un article sur Haussmann pour la revue Monde (dirigée par Henri Barbusse) il a ressorti des cartons les anciennes notes du travail sur les Passages qui y dorment depuis la fin des années 20 – les temps heureux donc de Paris. Première constellation du présent et du passé. Bientôt suivie d’une autre, tout aussi capitale. Travaillant sur Haussmann (« un carriériste au service d’un « usurpateur » et ses projets d’embellissements stratégique de Paris – ou comment se prémunir contre les barricades), il assiste depuis le Palace Hôtel aux émeutes de janvier 1934 (prélude à celles de février 34). Image dialectique ?

6 mars 1934. Voilà 3 mois déjà que le lecteur n°2817 est à pied d’œuvre à la Bibliothèque Nationale. A pied d’œuvre et de plain-pied dans son œuvre : l’histoire des promesses trahies – au double sens du terme – par la modernité. Salle Labrouste, de la voûte peinte aux colonnes de fer pudiquement masquées par un habillage de stuck, tout lui parle de cet « espace de temps » qui fut un « temps rêveur ». Il se fera « l’interprète politique » de ces rêves. Pour mieux en réveiller son présent, en l’éveillant à eux. Le projet des Passages est remis, à des titres divers, à l’ordre du jour : « nouveau visage », nouvelle organisation des matériaux, nouveau titre : c’en est fini des Passages parisiens, il est désormais question de Paris, capitale du XIXe siècle. Paris, capitale ? Le « tertium gaudens entre [lui] et le destin ». Et la lutte va être rude.

En effet, en mars 1934, la situation matérielle de Benjamin se dégrade. La presse allemande, si elle commande toujours, ne paie plus. Déménagement à la cloche de bois du Palace Hôtel, le 23 mars, pour le domicile de sa sœur, 25 bis rue Jasmin puis, à compter du 17 avril, au modeste Hôtel Floridor (28, place Denfert-Rochereau). Mais porté pour ne pas dire galvanisé par l’espoir qu’a fait naitre en lui Adorno qui, enthousiasmé d’apprendre que le travail sur les Passages était de nouveau d’actualité, a promis de lui venir en aide, Benjamin met mille fers au feu, déploie, de son aveu même, une activité qui l’étonne le premier. C’est ainsi que naît, par exemple, le projet d’un cycle de conférences payantes données à la Maison de Verre, un grand montage sur le montage littéraire, précédé d’une conférence sur « Les courants politiques dans la littérature allemande actuelle ». Le projet capote, mais sans se laisser démonter, Benjamin remonte ses notes : en sortira l’essai « L’Auteur comme Producteur » (ou de la perte d’auréole bien comprise). Walter Benjamin rédige également l’essai sur « Kafka. Pour le dixième anniversaire de sa mort » pour la Jüdische Rundschau. Unis dans une sorte de « clearing », les « Adorno » s’emploieront à lui verser 500 francs par mois. Et, à compter de juin 1934, Benjamin percevra également de l’Institut – heureuse conséquence d’un quasi malentendu – une allocation mensuelle du même montant. 500 + 500 font mille, de quoi espérer pour Benjamin vivre décemment à Paris. Pour l’heure il peut lancer à Brecht « j’arrive avec une petite rente »

De la fin juin au 20 octobre : Benjamin est au Danemark, à Svendborg. Dans « un coin reculé de la Fionie ». Chez Brecht, son « pôle opposé ». Entre les deux, la politique est toujours au centre. Et à Svendborg, l’histoire leur est livrée à domicile par le truchement des ondes. 13 juillet 1934, « la voix du Führer à la radio » (B. Brecht) faisant le récit de la nuit des longs couteaux. La crise de succession d’Hindenburg n’a pas eu lieu. Stabilisation du régime nazi qui entraîne une instabilité nouvelle pour Benjamin : du fait des « évènements », l’aide de la famille Adorno ne lui parvient plus. Et sans elle, adieu Paris… Voilà le « navire de la vie » de Benjamin en cale sèche. Fonds bas – la littérature pure ne paye plus (cf. le Kafka). Production qui part à vau-l’eau – qu’il faudrait redéfinir. Benjamin sans attaches et finalement (paradoxalement ?) libre pour de plus grandes entreprises (les Passages évidemment) mais pas de son lieu de résidence. Il peut s’estimer heureux, dit-il, que son ex-épouse, Dora, vienne d’ouvrir une pension de famille à San Remo. Avant de quitter Svendborg, et de remonter jouer au « funambule » sur sa corde raide, il lance pour la première fois fermement la corde des ses espoirs autour du piquet de l’Institut.


Citer ce billet : Nathalie Raoux, "1934 « L’auteur comme producteur » en exil," in Carnets Walter Benjamin, 31/03/2020, https://wbenjamin.hypotheses.org/1069.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search