1936 A l’ère de la reproductibilité technique

Fin janvier 1936 : les négociations intermittentes entre Walter Benjamin et M. Horkheimer, dans les ors du Lutetia, avec l’essai sur « L’œuvre d’art » comme plate-forme de discussion se terminent sur une victoire sur toute la ligne. Conquête sociale d’abord : il décroche une allocation de 1000 francs par mois (portée à 1300 en avril) – voilà qui lui permet de sortir de la « zone de danger » des premières années d’exil. Conquête intellectuelle ensuite : l’Institut souhaite accroître sa présence en France et il est, sans conteste, l’homme de la situation. Naît donc l’idée de publier en français – belle revanche vis-à-vis de la NRf qui vient de rejeter son Bachofen pour imperfection de style – l’essai sur « L’œuvre d’art » dans la Zeitschrift für Sozialfoschung (certes éditée en France, mais publiée en allemand). Walter Benjamin élabore donc une seconde mouture du texte qui donnera lieu à des différends politico-éditoriaux complexes (plus complexes qu’on ne le dit généralement) avec l’Institut. Tandis qu’il tente de faire publier l’original allemand. Or, à Moscou ou dans les rangs des exilés allemands, on jugera l’essai pour le moins intempestif et impertinent. Harassé, curieux de savoir ce qu’il en était de Das Wort, la nouvelle revue exilée, dont Brecht est l’un des rédacteurs en chef, et qui pourrait constituer un débouché pour « L’Oeuvre d’art » Benjamin part pour le Danemark, fin juillet.

Août-mi-septembre 1936. Benjamin est chez Brecht à Svendborg. Entre les deux hommes alternent discussions silencieuses autour d’une partie d’échec et disputes passionnées autour de « L’œuvre d’art ». Brecht est rétif aux thèses de Benjamin, Benjamin ne cède pas un iota, et au final Brecht appuiera de tout son poids pour qu’il soit publié dans Das Wort, mais en vain. Rédaction pour la même revue de la première lettre parisienne « André Gide et ses nouveaux adversaires » ou du « cheminement » de Gide « vers le communisme » – le texte parut le même mois que Retour d’URSS, chassé-croisé qui fit pour le moins désordre. Montage de l’anthologie Allemands, une série de lettres (Deutsche Menschen). L’histoire à domicile, une fois encore. L’Allemagne, pour une fois, à l’arrière-plan. L’Espagne et les Procès de Moscou en tête, arrachant à WB ces mots : « « Espérer » – tel est peut-être le déjà le dernier mot de cette peut-être dernière heure. En disant cela, je pense au péril d’une guerre aux procès de Moscou, si angoissants déjà. Combien ils nous préoccupent tous ici, tu peux t’en douter. » 

————– Point de bascule de l’exil ————–

Octobre 1936. Retrouvailles avec Adorno. Si l’objet premier de leur rencontre était de pousser (d’ailleurs en vain) la publication des Essais matérialistes d’Horkheimer englués dans les Paludes de Gallimard, l’essentiel se situe ailleurs. Ce fut dit Benjamin une semaine où « s’épanouit pleinement ce qui se préparait depuis longtemps ». Ainsi « Teddie » et «Walter » sont-ils désormais à tu et à toi. Adorno invite Benjamin à prendre davantage part aux activités de l’Institut. Ce dernier accepte. Exigences du jour – stabilisation du nazisme en Allemagne, procès de Moscou – obligent, une redéfinition de la ligne scientifique de l’Institut s’impose. C’est la Naissance de la « théorie critique » et Benjamin veut en être. En novembre, son ouvrage Allemands, camouflet camouflé, est légalement introduit en Allemagne. Parallèlement, il rédige « Peinture et photographie », plaidoyer pour l’art moderne et attaque en contrebande du réalisme socialiste, essai destiné à Das Wort (où il ne paraîtra finalement pas). « Défendre ce que nous avons de spécifique, avec discrétion, mais sans concession » – le mot d’ordre des années qui vont suivre.


Citer ce billet : Nathalie Raoux, "1936 A l’ère de la reproductibilité technique," in Carnets Walter Benjamin, 31/03/2020, https://wbenjamin.hypotheses.org/1088.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search