1937 « Avec discrétion mais sans concession »

Mars 1937, situation en clair-obscur pour Benjamin. Clair : de riches journées avec Adorno, la découverte des régressions de la poésie de C.G. Jochmann, l’achèvement de l’essai sur Eduard Fuchs, collectionneur et historien, dont il a « gagné des formulations positives quant au matérialisme historique ». Mais aussi un projet, soufflé par Adorno, qui l’enchante, celui de se confronter à Jung et Klages et de préciser par là sa propre conception de l’image archaïque, le retour programmé donc aux fondements des Passages. Obscur : « Les résistances » de l’Institut au projet sur Jung « sont considérables » pour des raisons de diplomatie interne. Et l’on préfèrerait de beaucoup que Benjamin rédige le chapitre des Passages dédié à Baudelaire. L’auteur comme producteur WB n’est guère en position de force pour insister. Du fait de l’inflation, 1500 francs ne lui suffisent plus pour couvrir ses dépenses à Paris – il lui en faudrait 1910, au bas mot. Rencontre avec F. Pollock, le 29 mars. Il promet à WB de faire le nécessaire. 

Fin juin – fin août 1937. Séjour à San Remo (Villa Verde, toujours) entrecoupé d’allers et retours à Paris. Horizon bouché. Envolée, semble-t-il, la promesse d’embellie économique – les finances de l’Institut sont exsangues. Envolé, le projet Jung. Délitement général. Délitement des masses derrière un Front populaire dont la politique si elle était « pratiquée par la droite provoquerait des émeutes », délitement de la clairvoyance des intellectuels français s’accrochant « au fétiche de la majorité « de gauche » ». Délitement enfin de l’émigration allemande – « L’effet destructeur des évènements de Russie va nécessairement continuer à s’étendre. » Silence public de Benjamin sur la question. Mais qui ne dit mot ne consent pas pour autant. A sa manière, « retorse et rusée », Benjamin se perce un trou de serrure entre les lignes de front. Sur le plan économique, une trouée se dessine aussi : Horkheimer sera de passage à Paris en septembre. 

Retour de Benjamin à Paris, le 1er. Il trouve sa chambre de la rue Bénard sous occupation étrangère, louée, en son absence, à un autre exilé. Court d’abord les hôtels. Puis atterrit dans un pied à terre malcommode, sis au rez-de-chaussée d’un immeuble cossu, à l’immédiate sortie de Paris (1, rue du Château, Boulogne s/Seine). Mi-septembre, rencontre fructueuse avec M.Horkheimer – il percevra, à partir de novembre, 80 $ par mois, soient 2400 francs (le paiement en devises ayant pour objectif de le mettre à l’abri des fluctuations du franc). Un « but » est « atteint » : être reçu comme « collaborateur en titre de l’Institut ». A son programme de travail sont inscrits les Literaturbriefe (rapports internes sur la littérature française) et le Baudelaire. Pour l’heure, chassé de Boulogne par le bruit, le voilà réduit à arpenter à la BN la bibliographie consacrée au poète. « A quelque chose malheur est bon », il butera ainsi sur une découverte déterminante : celle de L’éternité par les Astres d’Auguste Blanqui. Fin 1937, c’est d’un événement peu réjouissant dont il doit également prendre son parti : Adorno et son épouse Gretel (ils se sont mariés en septembre) quittent l’Europe pour les Etats-Unis. « Avant que les portes ne se ferment » il leur faut se revoir.  

Leur (dernière) rencontre aura lieu à San Remo à la Noël 1937. Villa Verde – où ils logent tous trois – à Ospedaletti, discussions intenses. Baudelaire, Wagner, article de présentation de l’Institut dans Mass und Wert, la revue de Thomas Mann, ou encore tentative extraordinairement difficile pour définir un concept non idéaliste de l’autonomie intellectuelle : de part en part, il est question de sauvetage (Rettung). A petite et à grande échelle. Pour Adorno, l’Europe est un « poste perdu ». Et, in fine, la guerre peut-être la seule échappatoire à la catastrophe en permanence. Benjamin, lui, sans optimisme ni pessimisme à tout crin, veut se persuader que quelque chose fait encore front. Commente, à distance, l’échec des émeutes ouvrières de Colombes en des termes qui préfigurent ceux des thèses sur le concept d’histoire. Soumet à Adorno son dit fragment théologico-politique, datant de 1920/21 comme « la plus nouvelle des nouveautés ». Une bonne « plaisanterie » comme pût l’écrire Scholem ? Ou la remobilisation du « nihilisme » dans un nouvel agencement expérimental, tentative in extremis pour arracher un « oui » aux « lèvres de l’histoire » ? Un « oui » qui appelle alors un « non », celui d’un départ pour les Etats-Unis. A Adorno le pressant de lui emboîter le pas, Walter Benjamin aurait répondu : « En Europe, il y a des positions à défendre » (Adorno dixit).


Citer ce billet : Nathalie Raoux, "1937 « Avec discrétion mais sans concession »," in Carnets Walter Benjamin, 31/03/2020, https://wbenjamin.hypotheses.org/1099.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search