1938 « Dans la gueule du crocodile »

15 janvier 1938. Le jour même où paraît dans Europe, son essai Peintures chinoises à la Bibliothèque Nationale, Benjamin s’installe au 10, rue Dombasle (15e, dernier étage) – son dernier domicile parisien. Ses quatre « propres murs ». Son « interstice » européen. In nuce, la tanière de celui « qui a planté sa tente dans une gueule de crocodile qu’il tient ouverte par des étais de fer ». L’histoire a de puissantes mâchoires : l’antisémitisme, cette passion banale – « le mot banal en dit long », d’un Bagatelles pour un massacre, l’annexion de l’Autriche, la guerre d’Espagne… Demande de naturalisation déposée le 9 mars 1938, appuyée par une série de grands noms (Gide, Valéry, Romains….). Nouvelle tentative de publication d’Enfance Berlinoise, remanié et dont certaines pièces paraissent simultanément dans Mass und Wert : ce livre « a quelque chose à dire à des milliers d’Allemands expulsés ». Travail sur Kafka.  Et surtout sur le Baudelaire qui tend à devenir un « modèle miniature » des Passages. Au prix de sévères migraines, première schématisation de l’essai. Grand besoin de changer d’air. Départ pour Svendborg, le 22 juin.

Svendborg, été 1938. Travail journalier, journées passées dans la « contemplation opiniâtre de l’œuvre de demain » – le Baudelaire auquel Benjamin entend désormais consacrer un livre. Il combine et machine. Serre ses réflexions d’ensemble dans Zentralpark – au titre lourd de sens. S’arrête sur une schématisation de l’ouvrage en trois parties – l’allégorie (I) fait pièce à la marchandise (III). Rédige la section centrale intitulée « Le Paris du second Empire chez Baudelaire » dans « une course contre la guerre ». Laquelle procrastine – signature des Accords de Munich, le 29 septembre, invasion immédiate des Sudètes. « Dénouement provisoire », paix de papier, mais pour combien de temps encore ? Air irrespirable : combien de temps l’Europe restera-t-elle materialiter respirable ? interroge Benjamin. « Spiritualiter ce n’est déjà plus le cas ». Départ pour Paris « sans enthousiasme », autour du 15 octobre. 

Isolement croissant, tous azimuts. Venu de la France : politique de « bon voisinage » envers l’Allemagne, décret-loi du 12 novembre relatif à la situation et à la police des étrangers prévoyant la création de « centres spéciaux » où pourraient être consignés les « étrangers indésirables » (sic) mais aussi que la nationalité française puisse être retirée à ceux qui l’avaient déjà obtenue. Venu de là où l’on ne s’y attendait pas : rejet du Baudelaire par Adorno qui s’oppose à sa publication dans la ZfS au motif que Benjamin se serait dans ce texte fait violence. « Cela m’a filé un coup ».


Citer ce billet : Nathalie Raoux, "1938 « Dans la gueule du crocodile »," in Carnets Walter Benjamin, 31/03/2020, https://wbenjamin.hypotheses.org/1107.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search