1940 En état d’exception

Rédaction, en février 1940, dans son « petit réduit » où pend un masque à gaz, « double déconcertant de cette tête de mort dont les moines studieux ornaient leur cellule » des thèses « Sur le concept d’histoire ». « Les objets que la règle claustrale assignait à la méditation des moines visaient à leur enseigner le mépris du monde et de ses pompes. Les réflexions que nous développons ici servent une fin analogue. A l’heure où gisent à terre les politiciens en qui les adversaires du fascisme avaient mis leur espoir, à l’heure où ils aggravent encore leur défaite en trahissant leur propre cause, nous voudrions libérer l’enfant politique du siècle des filets dans lesquels ils l’ont entortillé. Le point de départ est que la foi aveugle dans le « soutien massif de la base », et finalement leur adaptation servile à un appareil politique incontrôlable n’étaient que trois aspects d’une même réalité. Nous voudrions suggérer combien il coûte à notre pensée habituelle d’adhérer à une vision de l’histoire qui évite toute complicité avec laquelle ces politiciens continuent de s’accrocher. » écrit Benjamin. 12 février : dépôt d’une demande d’émigration aux Etats-Unis, dans le quota. Faute de mieux… Avril 1940 : cours d’anglais avec pour condisciples Hannah Arendt et Heinrich Blücher, lectures anglaises et américaines… 

10 mai 1940. Le train, jusque-là train-train, de la guerre s’ébranle brusquement. Offensive allemande à l’Ouest. Seconde vague d’internement, frappant plus largement encore qu’à l’automne 1939. Benjamin en réchappe grâce à Henri Hoppenot, encore une fois. Faveur insigne dont il ne revient pas. Inquiétude aussi : combien de temps tiendra un tel ordre, une telle exception à la règle ? La rue Dombasle en base arrière. La Maison des Amis des Livres d’Adrienne Monnier, 7, rue de l’Odéon, en quartier général. Il y travaille fin mai à la révision d’un ancien texte Sur Scheerbart qu’A.Monnier veut passer dans sa Gazette. Ou de la « réception avortée de la technique » et une promesse utopique d’avenir. Coup d’arrêt dans la Blitzkrieg. Avant que le second front de la Somme et de l’Aisne ne soit enfoncé, les 6 et 7 juin. Situation désormais limpide pour un Benjamin qui, contrairement au gouvernement français, ne veut pas croire au « miracle » : la France est inexorablement défaite. Il veut presser le consulat américain, presse Horkheimer. C’est inutile. A New York, on se mobilise pour lui depuis longtemps, en catimini. Et l’on sait bien que le candidat à l’émigration a une tare rédhibitoire aux yeux du Department of State : il ne peut se prévaloir des deux années d’enseignement nécessaires pour l’obtention d’un visa hors quota. Mise en place d’un stratagème pour le faire tout à la fois sortir de la nasse et l’habiller de cette toge de professeur qui lui manque : le « louer » à quelque université outre-Atlantique. A Saint-Domingue par exemple. 10 juin, télégramme de M. Horkheimer : « Emigration San Domingo arrangée. Lettre suivra ». Le même jour vraisemblablement, Walter Benjamin fuit Paris. Avec tout bagage, un seul livre, son nécessaire de toilette, pas un seul papier. Ceux-ci sont, pour l’essentiel, à l’abri chez des amis  – les archives vivantes, en particulier les notes pour les Passages et le Baudelaire ont été confiées à Georges Bataille, à la BN. Direction Lourdes – en compagnie d’une amie française (dont on ne sait rien) et qui, dit-il, était « vaguement attendue » là.

Ca. 13 juin, arrivée à Lourdes et installation sur les hauteurs de la ville, 8, rue Notre-Dame. Où il sera rejoint par sa sœur Dora et Hannah Arendt, toutes deux libérées du camp de Gurs. 14 juin : chute de Paris. 22 juin : signature de l’Armistice – l’article XIX prévoit la livraison au Reich de tous les ressortissants allemands dont il fera la demande. La menace et l’urgence – jamais la panique – se noueront à la mi-juillet. Le 10, promulgation de l’Etat français. Et d’« amis informés » Benjamin apprend que l’on « attend des mesures » d’ordre général. Sinistre redite : Vernuche maintenant affecté du signe antisémite et xénophobe de Vichy. Sauve qui peut. Au plus vite. Saint-Domingue, La Havane ? Bel et bien. Mais bien trop long. WB tente se ménager une sortie de secours – la Suisse. Depuis New York, Adorno arrache un emergency visa pour lui. Il attend Benjamin au consulat américain à Marseille. Où il se rend 17 août. Avec l’espoir d’« embarquer pour l’Amérique ».

Le 20, Benjamin obtient du consulat son visa pour les Etats-Unis. Apprend, le 22, qu’il est impossible pour les réfugiés allemands d’obtenir l’indispensable visa de sortie de France. Début d’une « terrible épreuve de nerfs ». Présence d’esprit et politique de l’ombre. Courrier poste restante, amis surs, hôtel discret dont Walter Benjamin ne sort guère. Mi-septembre, il se décide pour une « solution provisoire »  : passer par l’Espagne, en franchissant illégalement la frontière. Benjamin presse H.Arendt et H. Blücher, qui se trouvent également à Marseille, de se joindre à lui. Ils ont la chanceuse malchance de ne pouvoir le faire. Benjamin remet à H.Arendt deux exemplaires de ses thèses « Sur le concept d’histoire »  – récupérés via un passeur ? –, l’un d’entre eux étant destiné à Adorno, au cas où… Benjamin liera, in fine, son sort à celui d’Henny Gurland et son fils, Joseph. Ils ont en commun, des amis, la même urgence, la même méfiance. Ensemble, ils quittent Marseille, le 23 septembre, probablement.

Port-Vendres – ou Banyuls ? – le 24 septembre. Arrivée chez Lisa Fittko qui, à Marseille aurait confié à Benjamin qu’elle pourrait leur faire passer clandestinement la frontière. Reconnaissance du terrain dans l’après-midi. Ascension ardue, épuisante, entrecoupée d’arrêts réguliers pour ménager ses forces – Benjamin passera la nuit seul dans une clairière, ayant refusé de rebrousser chemin. Lisa Fittko, Henny et José Gurland le rejoindront au petit matin du 25. 25 septembre, milieu d’après midi : ils sont en Espagne, Port-Bou en vue, Lisa Fittko les quitte. Jonction avec un petit groupe d’exilées autrichiennes qui se dirigent elles aussi vers Port-Bou : Carina Birmann et sa sœur, Dele, Sophie Lippmann et Grete Freund. Arrivée à Port-Bou autour de 17 heures. Présentation au poste de police pour y obtenir le visa d’entrada indispensable à la traversée de l’Espagne. C’est là que tout se noue. Refus des alcades locaux auxquels consigne aurait été donnée, autour du 22 septembre, d’interdire l’accès au territoire espagnol à tous ceux dont les papiers de voyage portaient la mention « nationalité indéterminée » ou « sans nationalité ». Le chef de police « voulait nous renvoyer la nuit même par la même voie que nous avons pris (…) et si nous n’obéissions pas à cet ordre il nous ferait conduire par ses gendarmes dans un camp de concentration, à Figueras pour être finalement mis à la disposition des autorités allemandes » (Grete Freund). Internement certain à l’avant, probable internement à l’arrière si on les reconduisait à la frontière française. Le groupe est autorisé à passer la nuit Hôtel de Francia – les sympathies de l’hôtelier pour la police locale en faisaient un lieu sûr. 19 h, Hôtel de Francia. Sophie Lippmann et Carina Birmann dans une chambre, Dele Birmann, Grete Freund dans une autre, les Gurland dans une troisième. Benjamin, seul, dans la chambre n°4, au second étage de l’hôtel. Ce qui se passa réellement ensuite demeure obscur. Au petit matin du 26, vers 7 heures, et à en croire Henny Gurland, Benjamin « me dit que, le soir vers 10 heures, il avait pris de grandes quantités de morphine, et que je devais essayer de présenter la chose comme une maladie, me remit une lettre pour moi et pour Adorno Th. W.» – cette lettre fut détruite par H. Gurland. A 10 heures, les gendarmes viennent chercher les réfugiés pour les ramener à la frontière. A 22 heures, le juge municipal constate le décès de Benjamin. Comme cause officielle de la mort, l’on retint une hémorragie cérébrale.

Le lendemain, en France, une ordonnance allemande ordonne le recensement des Juifs en zone occupée, tandis qu’en zone « libre » est promulguée une loi au terme de laquelle les « étrangers en surnombre dans l’économie nationale » peuvent être incorporés dans des Groupements de Travail. Le 3 octobre, est promulgué le statut des juifs. Le lendemain, une loi précise dans son article premier que « les ressortissants de race juive pourront, à dater de la promulgation de la présente loi, être internés dans des camps spéciaux »

Henny et José Gurland parvinrent à rejoindre les Etats-Unis, en décembre 1940. Carina Birmann, également. Sa sœur, Dele, et ses amies Sophie Lippmann et Grete Freund, trouvèrent respectivement asile au Brésil, au Mexique et aux Etats-Unis. Hannah Arendt et Heinrich Blücher, gagnèrent les Etats-Unis en mai 1941. L’ex-épouse de Walter Benjamin, Dora, et son fils, Stefan, vécurent jusqu’à leur décès en Grande-Bretagne, où ils s’étaient réfugiés fin 1938, et 1939. Sa sœur, Dora Benjamin, qui avait réussit à fuir la France en 1942 et à se réfugier en Suisse y est morte en 1946, après avoir passé trois années dans un camp de réfugiés. 


Citer ce billet : Nathalie Raoux, "1940 En état d’exception," in Carnets Walter Benjamin, 31/03/2020, https://wbenjamin.hypotheses.org/1126.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search