Sur Scheerbart (1940)

Dernier texte jamais rédigé par Walter Benjamin – il y travaillait encore le 21 mai 1940 quand les armées nazies déferlaient sur la France – son essai « Sur Scheerbart », destiné à être publié dans la confidentielle « Gazette des Amis des Livres » d’Adrienne Monnier est resté inédit de son vivant. Ici, encore, comme dans les « Thèses » « l’origine est le but » : en 1921, projetant de coucher sur le papier « sa politique », Walter Benjamin ne désignait-il pas Scheerbart comme le « vrai politicien » ?

Paul Scheerbart avait déjà publié une vingtaine de volumes lorsque, un beau matin d’août 1914, on put lire de lui un article dans le Zeitecho – hebdomadaire que les artistes et les écrivains allemands s’étaient empresses de fonder pour agrémenter de l’élan de leur plume ou de leur pinceau les assauts des soldats allemands. Cet article qui allait à l’encontre du courant était toutefois de tournure assez savante pour échapper à la censure. En voici le debut tel qu’il s’est gravé dans ma mémoire: « Et que je proteste d’abord contre l’expression « guerre mondiale ». Je suis certain qu’aucun astre, si proche soit-il, n’ira se mêler de l’affaire où nous sommes impliqués. Tout porte à croire qu’une paix profonde ne cesse de planer sur l’univers stellaire. »

Les livres de Scheerbart n’ont guère plus retenu l’attention du public que cette phrase celle de la censure. Il n’y a a cela rien que de naturel. L’oeuvre de ce poète est tout empreinte d’une idée qui était on ne peut plus étrangère aux idees qui prévalaient. Cette idee – cette image, plutôt – était celle d’une humanite qui se serait mise au diapason de sa technique, qui s’en serait servie humainement. A un tel état de choses Scheerbart crut voir deux conditions essentielles, à savoir: que les hommes sortent de l’opinion basse et grossière qu’ils sont appelé à « exploiter » les forces de la nature; que, par contre, ils demeurent convaincus que la technique, tout en libérant les humains, libèrerait fraternellement par eux la création entière.

Voyons le plus important de ses romans, intitule Lesabendio. L’action se passe sur un astéroïde nomme Pallas. Les êtres qui le peuplent n’ont pas de sexe. Les Pallasiens « nouveaux-nés » se trouvent, enfermés en des coquilles de noix, dans les entrailles de leur astre. Les premiers sons qu’ils laisseront échapper à l’apparition de la lumière formeront leurs noms propres; tels Biba, Bombimba, Labu, Sofanti, Lesabendio. Le Pallas est petit ; deux vastes entonnoirs se trouvent sur son côté nord et son côté sud. C’est à leur intérieur que s’abritent les quelques centaines de milliers d’habitants. Les Pallasiens s’attachent à embellir leur astre; ils en modulent les surfaces, le dotant pour ainsi dire de « sites » en formes cristallines ou autres. Vient Lesabendio qui à l’idée d’élever une tour au-dessus de l’entonnoir septentrional (qui communique par un tunnel avec l’entonnoir du sud). A l’origine cette construction n’a pas de destination precise. On ne s’apercevra que bien plus tard à quoi elle devra servir. (Ainsi la tour d’Eiffel a trouvé son affectation actuelle une trentaine d’années après son érection.) La tour de Lesabendio devra reunir le torse de l’astéroïde à sa partie capitale qui plane, sous forme d’un nuage lumineux, au-dessus de lui. Mais cette restitutio in integrum du Pallas ne pourra réussir qu’au prix que Lesabendio accepte de se dissoudre dans le corps de son astre même.

Tandis qu’auparavant les gens du Pallas ont connu une mort exempte de douleur en se dissolvant dans le corps d’un de leurs cadets, ils vont, désormais, épouser la douleur grâce à Lesabendio qui, par sa fin, devra être le premier à l’éprouver. La tour, augmen-tant en hauteur de jour en jour par le zèle des Pallasiens, apportera des changements dans l’ordre stellaire. En même temps, la dissolution de son architecte dans son astre commencera à changer le rythme de celui-ci. Il se reveillera à une vie nouvelle, toute tournée vers ses astres-frères. Il ne rêvera plus que de former, uni à eux, un chainon dans l’anneau des astéroïdes qui devra, un jour, ceindre le Soleil.

La grande trouvaille de Scheerbart aura été de faire plaider par les astres auprès des humains la cause de la création. On l’avait deja entendu plaider par la voix des bêtes. Mais qu’un poète fasse des astres les porte-paroles de la création, cela témoigne d’un sentiment très puissant. Cela prouve du reste à quel point cet auteur avait réussi à se dépouiller des scories de la sentimentalite. Son style en fait foi. Il a la fraîcheur des joues de nourrisson. Il est, en même temps, d’une transparence telle qu’on comprend que Scheerbart ait été le premier à saluer l’architecture en verre qu’on devait, après sa mort, bannir, comme subversive, de son pays

La sérénité doucement émerveillée avec laquelle l’auteur relate les étranges lois naturelles des autres mondes, les grands travaux cosmiques qu’on y entreprend, les entretiens noblement naïfs de leurs habitants font de lui un de ces humoristes qui, tel Lichtenberg ou Jean Paul, ne semblent jamais oublier que la terre est un astre. En relatant les hauts-faits de la création il paraît parfois un frere jumeau de Fourier. Il y a dans les fantaisies extravagantes sur le monde des Harmoniens autant de raillerie à l’adresse de l’humanité actuelle que de foi en une humanité future. C’est, chez le poète allemand, le même dosage. Il est peu vraisemblable que l’utopiste allemand ait connu l’oeuvre de l’utopiste français. Mais l’image de la planète Mercure enseignant leur langue natale aux Harmoniens eût été bien faite pour ravir Paul Scheerbart.

Citer ce billet : Nathalie Raoux, "Sur Scheerbart (1940)," in Carnets Walter Benjamin, 01/04/2020, https://wbenjamin.hypotheses.org/1159.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search