Une affiche « symptomatique » (1936)

« Symptomatique » – le mot est lâché, par Benjamin même. Symptomatique, ce document l’est, effectivement, à deux titres au moins. Déjà dans ce qu’il dit, ou plus exactement dans ce qu’il montre, de la manière de Benjamin. Car si Benjamin fait référence, tout à trac, à cette affiche dans une lettre du 14 avril 1936, adressée à son vieil ami et alter ego politique, Alfred Cohn, c’est en guise de toute réponse à la perplexité dont celui-ci fait montre devant la ligne – tardive, désespérément tardive – adopté par le Komintern en 1935 . Une image suffira à Benjamin pour exposer la sienne. Une affiche symbolisant, à ses yeux, les « phénomènes étranges et symptomatiques » désormais à l’oeuvre à l’en croire. Une affiche qui, parce qu’elle met en scène « une femme rayonnante de bonheur maternel, un garçonnet en bonne santé et un homme à l’allure joyeuse et déterminée – « j’ai failli dire un « Monsieur » » confie, ironique, Benjamin – parce qu’elle déploie « une magnifique vision de la famille, dont l’heureux chef, a strictement évité, dans son habillement, tout rappel à celui de l’ouvrier », témoigne par ses emprunts à la symbolique nationale, par son nationalisme graphique autant que par sa quête nouvelle de respectabilité « bourgeoise », en bleu, en blanc et en rouge et bien mieux qu’un long discours, de l’évolution du Parti Communiste Français…

Affiche du Parti Communiste Français, campagne électorale pour les législatives, 26 avril & 3 mai 1936. Voir aussi https://histoire-image.org/fr/etudes/cultures-communiste-socialiste-epoque-front-populaire

Citer ce billet : Nathalie Raoux, "Une affiche « symptomatique » (1936)," in Carnets Walter Benjamin, 01/04/2020, https://wbenjamin.hypotheses.org/1245.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search