Fragment d’une introduction méthodologique (1938)

Pour la méthode matérialiste, la séparation du vrai du faux n’est pas le point de départ mais le but. Cela signifie, en d’autres termes, qu’elle part de l’objet pétri d’erreur, de doxa. Les séparations qu’elle opère – clivante, cette méthode l’est d’emblée – sont des séparations à l’intérieur de l’objet lui-même, objet qu’elle ne peut jamais assez présenter comme mélangé, non-critique. En aspirant à partir de la chose telle qu’elle est « en vérité », elle réduirait de beaucoup ses chances et elle les accroit nettement si, tout au long de son processus, elle laisse toujours davantage tomber cette prétention, se disposant ainsi à l’idée que la « chose en soi » n’est pas « en vérité ».

Assurément, se mettre en quête de la « chose en soi » est attrayant. Et dans le cas de Baudelaire, elle est pour le moins opulente. Les sources pleuvent à l’envi, et là où elles se rejoignent pour former le courant de la tradition savante s’ouvrent des sentiers balisés entre lesquels il coule à flots aussi loin que porte le regard. Le matérialisme historique ne s’abîme pas dans un tel spectacle ni ne cherche dans ce courant l’image des nuées. Pas davantage il ne tourne les talons pour boire « à la source », « à la chose même », dans le dos des hommes. A qui sont les moulins que fait tourner ce courant? Qui profite de sa pente ? Qui l’endigue ? – voilà ce que demande le matérialisme historique métamorphosant l’image du paysage dès lors qu’il nomme par leur nom les forces qui y sont à l’œuvre.

Un tel procédé peut paraître compliqué – et il l’est. N’y en aurait-il pas un plus direct et du même coup plus décisif ? Pourquoi ne pas confronter tout de go Baudelaire à la société actuelle et répondre, livres en main, à la question de savoir ce qu’il a dire à ses cadres les plus avancés – sans éluder, bien entendu, celle de savoir s’il a quelque chose à leur dire ? Ce qui plaide contre une telle manière de faire, c’est qu’en lisant Baudelaire nous recevons de la société bourgeoise un cours d’histoire. Cette leçon ne peut jamais être ignorée. Une lecture critique de Baudelaire et une révision critique de ce cours d’histoire sont, en fait, une seule et même chose. Car c’est une illusion marxiste vulgaire que de penser pouvoir déterminer la fonction sociale d’un produit, fut-il matériel ou spirituel, abstraction faite des conditions des circonstances et du porteur de sa transmission. « Condensé d’œuvres considérées indépendamment, sinon du processus de leur production, du moins de celui par lequel elles perdurent, le concept de culture a un aspect fétichiste. »* La tradition savante de la poésie baudelairienne n’en est qu’à ses balbutiements. Mais elle porte déjà les encoches <Ndt : repères> historiques auxquels l’observation historique doit s’intéresser.

*Les conséquences imprévisibles d’une manière de faire plus résolue sont autrement effrayantes. Il y aurait peu de valeur à vouloir inclure la position de Baudelaire dans le réseau de ceux qui furent parmi les plus avancés dans les luttes de libération de l’humanité. Il apparaît d’emblée plus fructueux de suivre ses manœuvres là où il est sans aucun doute chez lui : dans le camp adverse. Elles ne se conclurent que dans de rares cas par des victoires. Baudelaire était un agent secret – un agent du mécontentement secret de sa classe envers sa propre domination. <Ndt : Walter Benjamin cite ici son essai sur « Eduard Fuchs »>

Traduction Nathalie Raoux. Source : Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, I, p. 1160 sq.

Citer ce billet : Nathalie Raoux, "Fragment d’une introduction méthodologique (1938)," in Carnets Walter Benjamin, 03/04/2020, https://wbenjamin.hypotheses.org/1399.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search