Projet de préface à la version finale d’Enfance Berlinoise (1938)

En 1932, alors que j’étais à l’étranger, il devint clair pour moi que j’aurais bientôt à faire des adieux – plus longs et peut-être définitifs – à ma ville natale. A de nombreuses reprises, dans ma vie intérieure, j’avais déjà expérimenté les bienfaits de l’inoculation. Une fois encore, je m’y suis tenu et j’ai délibérément convoqué à mon esprit ces images qui, en exil, sont les plus susceptibles d’éveiller le « mal du pays » – celles de l’enfance. Mon hypothèse était que la nostalgie ne pourrait désormais pas davantage prendre le contrôle de mon esprit qu’un vaccin ne le peut sur un corps sain. J’ai donc cherché à la maîtriser en prenant conscience du caractère irrécupérable – non par accident biographique contingent mais par nécessité sociale – de ce passé. 

Cela signifie que certains traits biographiques, qui ressortent plus facilement dans la continuité de l’expérience que dans sa profondeur, s’estompent dans cette entreprise. Et avec eux, les physiognomies – celles de ma famille et tout autant celles de mes camarades. D’autre part, je me suis efforcé de saisir les images au travers desquelles l’expérience de la grande ville se reflète chez un enfant de la classe bourgeoise. 

Je pense qu’il est possible que de pareilles images aient un destin propre. Aucune forme coutumière ne les attend encore, comme celles qui, au fil des siècles, et en obéissance au sentiment de la nature, répondent aux souvenirs d’une enfance passée à la campagne. Mais les images de mon enfance urbaine, sont peut-être susceptibles, elles, d’évoquer une expérience historique ultérieure. Quoi qu’il en soit, j’espère qu’elles donneront en tout cas à voir à quel point celui qui parle ici a été, plus tard, arraché à la sécurité de son enfance. 

Traduction Nathalie Raoux. Source : Gesammelte Schriften, VII, p. 385

Citer ce billet : Nathalie Raoux, "Projet de préface à la version finale d’Enfance Berlinoise (1938)," in Carnets Walter Benjamin, 04/04/2020, https://wbenjamin.hypotheses.org/1416.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search