Walter Benjamin à La Havane. Une échappatoire (1940)

 

 

 » Nous ne tentons pas seulement de vous faire venir aux Etats-Unis, nous essayons aussi d’autres voies. L’une d’elles consiste à vous « louer » comme professeur invité à l’Université de la Havane » écrit Adorno à Walter Benjamin, le 16 juillet 1940. « Louer Benjamin » ?! Que d’encre ces mots n’ont-ils pas fait couler… Amagalmés – de bric et de broc – à d’autres « faits », ils ont contribué à étayer l’affirmation dénuée de tout fondement mais pas toujours d’arrière-pensées, que l’Institut de Recherches sociales tenait Benjamin en piètre estime et a alimenté la thèse d’un Benjamin « martyr ». Retour donc sur un projet qui ne se comprend et ne s’apprécie pleinement qu’en contexte fin.

Nous sommes à la fin juin 1940. A New York, dans les locaux de l’Institut de Recherches Sociales transformé, de l’aveu même de Leo Löwenthal, en « fabrique à passeports, à références », l’on s’emploie à abattre les murs de papiers qui se dressent devant Benjamin. Le mur américain, d’abord, qui parait alors – à juste titre – quasi infranchissable. Pour rejoindre au plus vite l’Amérique, il faudrait, en effet, que Benjamin puisse décrocher un visa hors quota réservé à une émigration choisie. Mais il est loin de cocher les cases requises par l’administration américaine : ainsi, il ne peut, entre autres choses, se prévaloir des deux ans d’enseignement indispensable pour tout professeur souhaitant, à ce titre, émigrer aux Etats-Unis.

Il faut donc à l’Institut imaginer et explorer d’autres échappatoires, à tous les sens du terme. Et, en l’occurence ici, la piste cubaine. Elle a pour elle un double avantage : ménager un refuge temporaire à Benjamin tout en lui permettant de se tisser cette toge de professeur qui lui fait tant défaut aux yeux de l’administration américaine. Mais que d’obstacles à surmonter là encore, obstacles que les archives de l’Institut de Recherches sociales nous permettent de documenter…

Acte I : établir des contacts utiles, évaluer les possibilités concrètes. Ainsi, dès le 29 juin 1940, Max Horkheimer – en personne – s’adresse-t-il, sur le conseil du Juge Brodsky, à Adolph Kates. Ce dernier, installé à la Havane depuis 1915, figure de la communauté juive locale et à la tête de la société à laquelle il a donné son nom – « Adolph Kates & Son, Manufacturers’ agents and distributors » – est, à en croire Horkheimer, « l’un des plus éminents citoyens cubains » et a l’oreille de son gouvernement. Peut-il les conseiller, leur servir de poisson pilote ? Peut-il intervenir en faveur de Benjamin – et accessoirement d’Alfredo Mendizabal – user de son entregent pour desserrer la règlementation cubaine très stricte en matière d’immigration ? Et Horkheimer de dresser, pour étayer sa demande, le plus « gloomy » possible (Adorno dixit) des portraits de Benjamin, le présentant comme un « universitaire extrêmement distingué » et n’hésitant pas même à distordre les faits pour expliquer son absence d’enseignement par le fait que seul « son travail intensif » au projet des Passages « l’a empêché d’enseigner »…. Horkheimer s’y engage, « si cela devait faciliter l’immigration du Dr. Benjamin à Cuba, nous serions très heureux de le louer à l’Université de la Havane », l’Institut continuant « naturellement » à payer son traitement. Ce serait donc tout bénéfice pour cette dernière – à condition, insiste Horkheimer soucieux de préserver les intérêts de Benjamin, qu’on lui laisse suffisamment de temps pour se consacrer à ses propres travaux sans être totalement happé par sa nouvelle charge universitaire, si charge universitaire il pouvait y avoir…

Quid de l’Université elle-même ? Là encore, du côté de l’Institut, l’on réfléchissait sur la meilleure stratégie à mener. Une note, sans date, intitulée « Sur l’université de la Havane » en témoigne. Comment utiliser au mieux leurs (rares) cartes ? Ils n’y ont, en effet, que peu d’entrées et de contacts. Un certain Dr. Perl ou Perls au département de philologie ? Ou, pourquoi pas, le Professeur Jorge Roa (y Reyes), professeur titulaire de statistique ? Celui-ci a enseigné un temps comme professeur invité aux Etats-unis où il a trouvé asile durant « la réaction » cubaine. Reconnaissant, il n’avait pas manqué d’exprimer devant ses collègues américains, son désir de « rendre la pareille » un jour… Qui sait… ? C’est en tout cas leur meilleure piste et leur seule « relation directe »… Mais pour ménager à Benjamin le maximum de chances, il faudrait voir plus loin et insérer son recrutement dans un plan d’ensemble. L’auteur de la note en est persuadé : « En général, on peut dire qu’on est [à la Havane] très intéressés par l’établissement de « relations culturelles » avec les États-Unis, et que toutes les propositions qui, de quelque façon que ce soit, proviennent directement d’une partie de l’Université de Columbia y recevront la plus grande attention. » « Plus l’université de Columbia est officiellement impliquée, plus les chances de succès sont grandes » conclue-t-il, imaginant qu’il serait dès lors stratégique de s’adresser simultanément au président de l’Université et, de manière privée, à Roa Reyes, en leur faisant savoir, de surcroit, que l’Institut s’intéresse « de plus en plus aux problèmes sud-américains et souhaiterait un maximum de coopération avec l’université de La Havane, etc. ».

Ces contacts furent-ils noués, la piste fut-elle poussée plus avant ? Rien, dans les archives de l’Institut, ne permet de le dire. Une chose est certaine : le 5 juillet, ils reçurent d’Adolph Kates, une réponse désolée. Son influence auprès des cercles gouvernementaux, confie-t-il à Horkheimer, s’est tarie : trop de demandes de « faveurs spéciales », trop d’interventions pour décrocher des visas ont asséché ses marges de manoeuvre dans un domaine particulièrement sensible. Et Kates d’orienter Horkheimer sur le Dr. Pastor del Rio, « un des intellectuels de renom de Cuba » et secrétaire de l’Asociacion de Escritores y Artistas Americanos. Celui-ci, Kates en était persuadé, prendrait « le problème à bras le corps »…

Force est donc de constater qu’en ce 16 juillet lorsque Theodor Adorno confia à W.Benjamin que ce projet cubain était « trop loin de se matérialiser pour le considérer comme une éventualité immédiate », il restait encore en deçà de la réalité, soucieux de ne pas inquiéter son ami. Mais la piste cubaine devait être bientôt sinon abandonnée, tout au moins céder le pas devant une solution plus rapide, plus efficace, plus simple : la tentative d’obtenir pour Benjamin un de ces quasi miraculeux Emergency Visas dans le cadre du programme lancé par le gouvernement américain le 26 juillet, sous l’égide du President’s Advisory Committee on Refugees (PACR). Sitôt que l’Institut en eut connaissance – c’était à la fin juillet -, il s’engouffra dans cette nouvelle brèche percée dans le mur de papiers, frappant haut, frappant fort : en dix jours à peine, Walter Benjamin obtint son visa pour les Etats-Unis.

Citer ce billet : Nathalie Raoux, "Walter Benjamin à La Havane. Une échappatoire (1940)," in Carnets Walter Benjamin, 22/05/2020, https://wbenjamin.hypotheses.org/1455.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search