Retour sur un non-internement (1940)

Mi mai 1940, Walter Benjamin échappe à la seconde vague d’internements qui frappe les exilés allemands. Une fois encore, comme en 1939, l’intention des autorités françaises est de se prémunir contre des « ressortissants du Reich » que leur simple nationalité suffit à constituer en suspects quand bien même ils étaient, de facto et/ou de juri, des réfugiés. Retour – 80 ans plus tard – sur une « faveur véritablement exceptionnelle » signée Henri Hoppenot…

Nous sommes le 13 mai 1940. « A la mi-journée, on apprend la mise en camp des réfugiés d’origine allemande ; pas d’exception, même pour prestataires et libérés » note, sur le vif, Adrienne Monnier dans ses Agendas. Libre, Walter Benjamin l’est depuis la fin novembre 1939, date à laquelle il est sorti du camp d’internement de Vernuche. Et ce, grâce à l’intervention d’un des amis d’Adrienne Monnier, Henri Hoppenot, qui a usé de tout son poids de sous-directeur de la division Europe au ministère des Affaires étrangères pour que le dossier de Benjamin soit examiné parmi les premiers par la Commission Interministérielle Permanente de Criblage, commission ad hoc chargée de cribler le « bon grain » de « l’ivraie » internée. C’est encore Henri Hoppenot qui, en ce 13 mai 1940, sauva la mise de Benjamin (entre autres). Cette fois-ci, il put prendre les devants et intervenir en amont : « coup de téléphone d’Hoppenot concernant nos amis Benjamin et Kracauer, ainsi que Kaminski et Koestler : il est déjà intervenu, ils n’ont pas à bouger » note Adrienne Monnier.

« Benjamin n’en revient pas » ajoute-t-elle, le lendemain. Il y a de quoi. C’est bien une « faveur incroyablement exceptionnelle » que d’échapper ainsi en mai 1940 à l’internement, une chance insigne que peu auront. Pas Dora Benjamin, la soeur de Walter ni son amie Hannah Arendt, convoquées le 14 au Vel d’Hiv d’où elles seront transférées à Gurs. Pas Heinrich Blücher ni Alfred Cohn, ses amis, pour ne citer que quelques noms parmi des milliers…

Qui dit faveur exceptionnelle dit remerciement à sa mesure. Pour lui témoigner de sa gratitude, Walter Benjamin offrit à Hoppenot son exemplaire de l’Anabase de Saint-John-Perse annoté par endroits par Rilke. Mais qui dit faveur exceptionnelle dit aussi crainte qu’elle ne tienne pas très longtemps et d’être bientôt rattrapé par le collet – crainte fondée si l’on en juge par les archives. « Puis-je prendre la liberté de vous demander, à cette occasion, un mot qui témoignerait auprès des agents, chargés de la surveillance dans la capitale, de mon droit d’être resté chez moi ? » écrit Benjamin à Hoppenot le 17 mai 1940 (nous soulignons). Débuta alors pour Benjamin une période angoissante, durant laquelle, si l’on en croit certains témoignages, il ne sortit plus de son domicile. Un mois d’angoisse, durant lequel il rédigea ce qui devait constituer son dernier texte, Sur Scheerbart.

Le 10 juin 1940, Walter Benjamin quitta la capitale – aux avant-postes de l’exode parisien, donc. Avoir été épargné par l’internement de mai 1940 contribua également à le placer, une fois réfugié à Lourdes, dans une « situation favorisée ».

Citer ce billet : Nathalie Raoux, "Retour sur un non-internement (1940)," in Carnets Walter Benjamin, 18/05/2020, https://wbenjamin.hypotheses.org/1522.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search