Actualité de Walter Benjamin, histoire & politique.

Mis en avant

Mss Passagen-WerkSéminaire « Le passé télescopé par le présent » note Benjamin dans le dit « Livre des Passages » condensant dans un même mouvement sa théorie et sa pratique de l’Histoire. Une visée que ce séminaire, réunissant spécialistes du XIXe siècle et spécialistes de Benjamin se propose de remettre pour la seconde année à l’ordre du jour – et de ses urgences – ou, autrement dit, d’actualiser au sens benjaminien du terme. Avec Benjamin, en suivant Benjamin, en partant du présent – le nôtre ou le sien – il s’agira de repérer les formes de résurgence de l’actualité du passé, de faire entrer en constellation tel ou tel « événement » singulier (ainsi de Benjamin assistant de sa fenêtre aux émeutes de 1934 alors qu’il est plongé dans l’histoire des insurrections à Paris). Ou encore de remonter le cours du temps en s’interrogeant sur la mise en forme de la philosophie du progrès ou de reconnaître, à la lumière de « l’éclairage plus net » de notre présent, le XIXe siècle non plus comme le siècle des révolutions mais comme le siècle de l’échec d’un processus dont nous percevons aujourd’hui les apories. En un mot, de conduire le passé à mettre le présent en position critique. À grande et petite échelle, car ce faisant l’on mettra aussi au jour ce qui dans l’œuvre de Benjamin marque le pas et résiste à sa propre mode, ce trop plein d’une intempestive actualité.

Séminaire animé à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales par Maurizio Gribaudi (EHESS), Nathalie Raoux (EHESS) & Michèle Riot-Sarcey (Paris VIII). Planning 2013-2014 en cours de validation. 

Walter Benjamin, Europe, avril 2013

Mis en avant

europe-3990-largeParution. Dès qu’Hitler accéda au pouvoir, en mars 1933, Walter Benjamin quitta l’Allemagne pour un exil définitif. A Paris, à Ibiza, à Sanremo, à Svendborg où il fut à plusieurs reprises l’hôte de Brecht, il mena une vie errante et souvent précaire, jusqu’à cette nuit de septembre 1940 où, muni d’un visa pour les Etats-Unis, il fut arrêté par la police à la frontière espagnole et se donna la mort en absorbant une dose de morphine qu’il gardait en réserve pour la dernière extrémité.
Si parmi les philosophes du XXe siècle Benjamin est désormais reconnu comme l’une des voie les plus influentes et décisives, son oeuvre « polyédrique et fragmentaire » excède les critères traditionnels de la philosophie. Elle privilégie la forme de l’essai, de l’aphorisme, concentre merveilleusement son génie dans les miniatures d’Enfance berlinoise ou déploie à l’infini les matériaux de construction du Livre des passages où le mouvement de la pensée se ramifie en méandres de lumière à travers le buissonnant paysage des citations.
Dans cette oeuvre irriguée à la fois par la théorie critique matérialiste et par un messianisme issu de la tradition juive, on discerne un profond souci de penser le temps et l’histoire, de recueillir le futur oublié dans le passé, comme si la proustienne recherche du temps perdu devenait chez Benjamin une recherche du futur perdu pour en reporter l’énergie sur le présent lui-même et le révolutionner.
C’est dans ce contexte que prend tout son sens et toute sa portée la « micrologie » de Walter Benjamin, c’est-à-dire cette attention extrême aux détails qui se révèlent être des champs de forces et une voie royale pour ouvrir dans le temps continu les brèches par lesquelles un rapport inopiné avec le passé peut surgir. « Le passé est marqué d’un indice secret, qui le renvoie à la rédemption », écrit ce philosophe qui se situe clairement du côté de la tradition et du combat des opprimés.
Si les étoilements de pensée et d’écriture de Benjamin sont empreints de mélancolie, sentiment fondamental du sujet moderne, Adorno a remarqué à juste titre que « la résignation était radicalement bannie de sa topographie philosophique ». Spectateur engagé et acteur critique de son époque, penseur aussi stimulant qu’inclassable, écrivain à bien des égards solitaire et pudiquement fraternel, Walter Benjamin reste parmi nous ce passeur exceptionnel qui invite à « trouver la constellation du réveil ». [Présentation de l’éditeur]

Etudes de

  • Walter Benjamin et l’expérience du seuil— Par Jean-Christophe Bailly
  • Walter Benjamin et le langage critique des ombres— Par Esther Cohen
  • Jeunesses berlinoises— Par Pierre Bouretz
  • Hannah Arendt et Walter Benjamin— Par Michael Löwy
  • Walter Benjamin et le romantisme allemand— Par Stéphane Moses
  • Le chimiste et l’alchimiste— Par Maria Filomena Molder
  • Philosopher dans la forme du temps— Par Danielle Cohen-Levinas
  • La ressemblance non sensible et le travail de la ressemblance— Par Patricia Lavelle

Walter Benjamin, Sens unique

Mis en avant

Sens-Unique-Walter-BenjaminPublication. « Ecrit dans l’amour d’une femme, Sens unique est le sommet de l’oeuvre littéraire de Walter Benjamin et probablement l’un des plus grands livres de l’entre-deux-guerres. Composé d’aphorismes, de fragments, de vignettes où tout s’interpénètre, se répond dans un jeu subtil de correspondances et d’analogies, il propose un choc émotionnel, une expérience philosophique et poétique radicale, celle d’un homme qui promène son regard enflammé de désir sur les objets, l’histoire et la pensée, illuminant une multiplicité de thèmes, dont le couple, le monde de l’enfance, la mort et le deuil. »[Présentation de l’éditeur]

Walter Benjamin, Allemands. Une série de lettres

Mis en avant

9782910386412_0Publication. « En 1936 Walter Benjamin fit publier Deutsche Menschen, vingt-cinq lettres tirées des correspondances du XIXe siècle allemand (de Lichtenberg à Nietzsche s’y mêlent les noms de Goethe, Kant, Büchner et les frères Grimm, Hölderlin et Metternich, et d’autres à nous plus inconnus), chacune précédée d’une introduction à l’érudition brève et pensive. Publié en Suisse sous un pseudonyme, ce livre était destiné à passer en Allemagne. W. Benjamin voulait encore croire contribuer ainsi, si peu que ce fut, à sauver de l’anéantissement ce qui pouvait y subsister de l’esprit des Lumières, « comme un recours contre l’accélération catastrophique de l’histoire« , selon la formule de Th. Adorno. Dans le puzzle compliqué des écrits de W. Benjamin, Allemands peut apparaître comme une pièce mineure, marginale, d’ailleurs en elle-même hétéroclite et dont on ne discerne pas d’emblée le sens exact, tant il s’y applique, suivant la méthode qui était alors la sienne dans son projet des Passages, à ne rien conceptualiser de sa philosophie, mais à laisser parler d’eux-mêmes des documents disposés en constellation.

Et en effet ces lettres « sobres et ferventes« , empreintes d’un « laconisme grandiose« , évoquant des types sociaux plutôt que des individus, passés la curiosité et l’agrément de les lire disposées ainsi, laissent une impression durable, indéfinissable et entêtante. Car ces voix venues d’un monde éteint, de cette « préhistoire de la modernité« , par leur tonalité particulière reflétant la retenue, la conscience de soi et la discrétion, la civilité et l’autodiscipline, par la vive sensibilité qui se devine sous le phrasé familier, aisé et concis, font naître l’image d’une réussite humaine, d’un caractère, en regard de quoi le lecteur moderne peut s’interroger sur la sorte d’ »épanouissement » qui est le sien aujourd’hui, sur la nature de ce que nous avons entre-temps perdu. »

[Présentation de l’éditeur]